amazonie-indienne.com

amazonie-indienne.com

Projection - Film

Le film réalisé par les Trumai du Parc du xingu

a été présenté au  1er Festival du Film Ethnographique de Binche - Belgique

26 novembre 2016

Jabiru Prod - Toulouse


MISSION 2013

TAPIRAPE

 

La mission ethnologique 2013 s’inscrit dans la continuité du programme d’étude et de sauvegarde de la culture matérielle et immatérielle de groupes ethniques du Brésil central, mené conjointement avec le Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse et le Centre Erea du CNRS.

Depuis des années, Jabiru Prod fournit une assistance technique et matérielle aux Indiens pour assurer l’enregistrement sonore et visuel d’éléments constitutifs de leur corpus mythologique et rituel. Pour les Tapirapé, il s’agissait en outre de réaliser l’ensemble de leur cycle cérémoniel, ce qui n’avait pas pu être fait depuis très longtemps.

 

Comme pour les autres groupes, il a été procédé à l’acquisition d’objets traditionnels tapirapé, destinés à intégrer les collections ethnographiques du Muséum de Toulouse et à prendre place dans des expositions.

 

De même, le rôle de Nathalie Pétesch, l’ethnologue, consistait à collaborer avec différents informateurs indigènes dans la collecte de données nécessaires à la documentation des acquisitions du Muséum et à la compréhension du complexe rituel, en vue de sa présentation future au Brésil ou à l’étranger sur des supports visuels et sonores.

Pour sa part, Serge Guiraud était chargé de la réalisation des images vidéos et photographiques.

Les Tapirapé d’aujourd’hui sont le produit d’un long métissage culturel qui a opéré sur plusieurs siècles. Ainsi, la langue, la mythologie, le chamanisme, sont restés tupi, alors que la structure sociale (moitiés, classes d’âge) et le corpus rituel ont été fortement influencés par les groupes Gê. Les Tapirapé sont, par exemple, l'un des rares groupes tupi d’Amazonie possédant des masques.

Survivant à leur longue migration, les Tapirapé ont néanmoins failli disparaître au siècle dernier sous les effets cumulés des épidémies apportées par les colons et des attaques meurtrières de leurs voisins Kayapo. Grâce au soutien du SPI (Service de Protection des Indiens) qui les recueillit dans un nouveau village et surtout au dévouement des Petites Sœurs de Jésus qui s’installèrent avec eux, les Tapirapé ont pu se reconstituer, puis récupérer une partie de leurs terres d’Urubu Branco..

Malgré le poids des épreuves traversées et la diminution drastique de la population, les Tapirapé sont parvenus à maintenir le fil de la transmission culturelle et à préserver de larges pans de leurs croyances et pratiques traditionnelles. La dimension chamanique, proprement tupi, a malheureusement disparue et les apprentis chamanes doivent aller se former chez les Kamayura, groupe tupi du Haut Xingu.

 

La question de la préservation de la langue et de la culture est au centre des préoccupations de ce peuple indigène depuis plusieurs années et fait partie intégrante de l’enseignement scolaire dispensée aux jeunes Tapirapé.

Nous avons constaté que la sauvegarde de la culture ethnique est une entreprise collective, mobilisant l’ensemble de la population de Tapi’itawa et partie des autres villages d’Urubu Branco.

Sous la direction des anciens et des chefs du village, la réalisation des différents rituels a pu compter sur une participation importante des habitants, tant pour les préparatifs (chasse collective, cuisson de nourriture, confection des ornements corporels et des masques…) que pour l’interprétation des chants et des danses, de jour comme de nuit. Malgré la fatigue, hommes, femmes et enfants étaient heureux de renouer avec leur cycle cérémoniel et se sont prêtés de bonne grâce aux exercices de vidéo et d’interview.

La mission ethnologique a permis de collecter un grand nombre de données, qu’elles soient orales ou écrites, à travers les observations et les entretiens effectués, ainsi que les travaux d’enquête réalisés par les étudiants tapirapé.. De plus, elle permis la constitution d'un fonds iconographique riche de plusieurs milliers de documents et d'heures d'enregistrements vidéos et sonores.

Source Nathalie Pesch

 

 

 


Mission 2013

ASURINI

 

Serge Guiraud a poursuivi le voyage chez les Asurini  pour préparer la mission de 2014. C'était son second séjour chez les  populations du Bas-Xingu. Il a assisté à une cérémonie de passage des garçons. et enregistrer la fabrication de céramiques.

Ce groupe de langue Tupi a été contacté en 1971, menacé par les projets d'occupation de l'Amazonie. L'ouverture de la Transamazonienne et l'arrivée des néo-colons faisaient peser de fortes pressions sur les indiens.

Aujourd'hui, les Asurini doivent résister à une nouvelle menace: la construction du barrage de Belo Monte sur le Rio Xingu.

A l'instar des Tapirapé, la présence de la maison des cérémonie, Tavywa, est indispensable pour célébrer les rituels. Cette grande case de plus de 35 m sert également de cimetière. Les corps sont enterrés au centre de la Tavywa. Des objets personnels du défunts sont déposés sur le sol au-dessus de la sépulture.

Il y a encore peu de temps, les femmes Asurini se mariaient à leur adolescence mais avaient leur premier enfant que vers 25 ans. Jusqu'à la maternité, elles se concentraient aux corvées de subsistance et à la célébration des cérémonies. De plus, elles se réservaient du temps pour fabriquer des céramiques, une activité très valorisée chez les Asurini.

 

La mission 2014 aura pour objectifs l'acquisition d'un large échantillon de céramiques et de bancs ainsi que l'étude du répertoire de motifs qui recouvrent autant les pots d'agiles que les corps.


Livre à vendre

Une découverte du monde amérindien

                                                                   Les Gardiens de la forêt des Ombres

                                                                                   Indiens d'Amazonie

 

 

Les tribus d’Amazonie sont des sociétés contemporaines vivant selon des modes de vies originaux. Elles ont appris à s’adapter à un environnement de forêt vierge et d’y tisser des relations intimes avec un univers où se confondent le réel et l’invisible. Les cinq siècles de contacts avec la société moderne ont provoqué des ruptures, bien souvent fatales à nombreux groupes : transformations des organisations sociales, privation d’un système de pensée, réduction de territoires et perte d’autosuffisance. Ceux qui ont réussi à rétablir ou à maintenir l’équilibre continuent à reproduire leurs valeurs sociales et à trouver leur force vitale dans la nature.

Page : 160

Quadricolor

Dimension : 29 cm x 21 cm

ISBN : 2-9523777-0-7

Prix : 30 euros + 6 euros d'envoi

Prix collectivités (CDI, médiathèques) : 21 euros envoi gratuit

Adresse de commandes : JABIRU PROD

11 place Pinel

31500 Toulouse - Frane

Chèque à l'ordre de Jabiru Prod


Oeuvre d'art 1

Enfant karaja

 

Pour financer le Projet Alapi nous vous proposons des oeuvres réalisées par Dany Paturet une artiste toulousaine qui s’est inspirée de photographies d’indiens Karaja.

 

 

Petite fille Karaja avec sa coiffe Lori Lori. Île de Bananal – Tocantins – Brésil

33cm x 43 cm sur bâche.

série limitée de 100 exemplaires

 

Prix …..30 euros + 5 euros d’envoi

 

Pour commander envoyer votre réglement à Jabiru prod - 11 place Pinel 31500 Toulouse

libellé à l'ordre de jabiru prod


oeuvre d'art 2

jeune fille Karaja

 

Pour financer le Projet Alapi nous vous proposons des oeuvres réalisées par Dany Paturet une artiste toulousaine qui s’est inspirée de photographies d’indiens Karaja.

 

 

jeunefille Karaja - Île de Bananal – Tocantins – Brésil

33cm x 43 cm sur bâche.

série limitée de 100 exemplaires

 

Prix …..30 euros + 5 euros d’envoi

 

Pour commander envoyer votre réglement à Jabiru prod - 11 place Pinel 31500 Toulouse

libellé à l'ordre de jabiru prod


Projet ALAPI

Le Projet Alapi est destiné en priorité à la jeune génération amérindienne qui soumise à l’influence de la société moderne renonce à poursuivre le mode de vie ancestral. Ce projet a pour ambition de revitaliser et revaloriser le patrimoine culturel par l’apprentissage de l’artisanat traditionnel, l’enseignement des langues natives et l’utilisation de la photographie et de la vidéo pour enregistrer les évènements de la vie quotidienne. 

La sélection des groupes amérindiens est effectuée en fonction des contacts que Jabiru Prod entretient avec les représentants de tribus et de leur volonté de relever le défi qui consiste à maintenir leur richesse culturelle.

En 2007, le Projet Alapi débute avec le lancement d’un centre de formation dans le Parc du Xingu (Mato Grosso), le tournage d’un film sur le rituel du Itsatxi et l’achat d’un appareil photographique pour les Karajá.
Durant trois mois (juin – août), 11 professeurs amérindiens ont enseigné aux jeunes Mehinako et Yawalapiti  la vannerie,  la plumasserie, le modelage de la céramique et la langue aruak. Un membre de Jabiru Prod a formé deux Yawalapiti aux techniques de la prise de vues vidéo...

Seuls les Amérindiens décident des actions à mettre en place dans leurs villages et de la sélection des professeurs. L’association Jabiru Prod a pour fonctions : la recherche des financements, le contrôle des dépenses et le soutien technique des Amérindiens aux nouvelles technologies.


Origine du projet

Depuis plusieurs années l’association Jabiru Prod mène un travail d’étude ethnographique des populations amérindiennes des basses terres sud-américaines. Elle a réuni un fonds documentaire composé d’une photothèque, d’une cinémathèque et d’une collection d’art amérindien. Des contacts privilégiés ont été établis avec quelques ethnies notamment, avec les ethnies du Parc du Xingu et les Karajá.

 

Dans le cadre de l’Année du Brésil en France, avec le soutien de Mr Dequidt, chef d’entreprise lillois et explorateur et du Musée d’Histoire Naturelle de Lille, l’association a invité Pirakumã, leader des Yawalapiti (Xingu) à honorer une exposition consacrée à l’art de la plume. Accompagné de sa femme et de son fils,  il a présenté, lors d’une conférence, la situation du Parque do Xingu et fait part de ses inquiétudes sur l’avenir de son peuple.

 

Quelques mois plus tard, Pirakumã  invita à son tour, Mr Dequidt et Serge Guiraud (président fondateur de Jabiru Prod), pour assister à une rencontre culturelle des ethnies du haut Xingu.

 

Pirakumã, leur explique ce qui le préoccupe. Il observe, depuis des années, un abandon significatif des traditions par la jeune génération. Il croit que l’enseignement des activités artisanales traditionnelles serait un moyen efficace de récupérer l’équilibre socioculturel. Il veut profiter de la dernière génération possédant encore un savoir ancestral pour transmettre aux jeunes leurs connaissances.

 

Pirakumã souhaite mettre en place un projet de préservation de sa langue maternelle parlée uniquement par 19 personnes et réaliser un film documentaire sur le rituel funéraire du Itsatxi.

 

Sensible à l’appel au secours de Pirakumã, Jabiru Prod s’engage à soutenir les amériendiens du haut Xingu et à trouver des partenaires pour financer le Projet ALAPI.


Objectifs

-         Sauvegarde d’un  savoir ancestral

 

-         Revitalisation d’une culture

 

-         Mise en valeur auprès de la jeune génération d’un patrimoine culturel

 

-         Formation des Indiens à la réalisation de films et à la photographie

 

-         Réalisation de  reportages par des auteurs autochtones

 

-         Enseignement de la langue aruak chez les Yawalapiti

 

-         Sensibilisation au respect de l’environnement

  

 


Réalisations

Livres, Films

Boé

Livres :

 - Les Gardiens de la Forêt des Ombres - Maïté et Paul Dequidt / Serge Guiraud

 - Amazonie le soleil vert - Serge Guiraud

Films :

Heto hohy Mahudu le peuple du grand fleuve un film des iNy Karaja - Jabiru Prod Muséum d'histoire naturele de Toulouse

Walama, Wupu, les guerriers de la paix, le bal des grands masques films des Yawalapiti - Jabiru prod Muséum d'histoire naturelle de Grenoble

 Itsatxi le dernier adieu - Aritana et Pirakuma Yawalapiti - Anako Productions / Jabiru Prod et Portal Do Xingu

Zo'é les hommes de la dernière frontière - Maïté et Paul Dequidt / Serge Guiraud

Le crépuscule d'une race - Serge Guiraud

Jours de fête en Amazonie - Serge Guiraud / RFO

Amazonie le soleil vert - Serge Guiraud

Matin d'Amazonie - Serge Guiraud

Amazonie indienne - Sur les pas du jaguar - Patrick Bernard / Anako Productions

 

Reportages Presse :

Grands Reportages, Geo Ado - Editions Milan , Plumalhon - Gallimard, etc...


Expositions

AMAZONIE, SES FORÊTS ET SES PEUPLES

Des expositions itinérantes présentent l'Amazonie dans toute sa diversité : écosystèmes, ethnographique, économique : exploitation des ressources naturelles, écologique : faune et flore, état et conséquence de la déforestation.

La collection d’art amérindien, l’une des plus riches de France, permet la découverte de la complexité du monde tribal. 

 

Elles se composent de :


 - Pièces amérindiennes (coiffes, masques, céramiques, objets rituels, instruments de musique,  vannerie, etc...)

- Iconographie : photos; films, diaporama

- 19 panneaux texte illustrés

- 1 habitation amérindienne

- 1 maison de la farine (presse à manioc, four, fournil)

- Pirogues

- Conférences, animations, projections de film et de diaporama, CD Rom, ambiance sonore

- Dossier pédagogique

 

Option :

-  Reconstitution de décors naturels (rivière, décor végétal, habitations traditionnelles), animaux vivants, présence de représentants amérindiens

-  Expositions spécifiques pour les établissements scolaires

-  Organisations de journées d’animations : présentation d’art amérindiens, ateliers pour les enfants, conférences

 

 

 

Cette exposition est modulable et adaptable aux lieux d'accueil, des objectifs et des budgets. Elle s'adresse à tout public et répond au programme scolaires.

Emplacement : 100 m2 à 1000 m2 et plus

 

Prix de location : Sur demande


CINE CONFERENCES

ANIMATIONS

                                                           Organisation de conférences avec projection de films

Thèmatique :

        - Présentation des écosystèmes amazoniens; rôle des forêts pluviales; biodiversité

        - Découverte du monde amérindien : vie quotidienne; rites et cérémonies; l'Indien aujourd'hui; politique     indigéniste de la Funaï

         - Exploitation des ressources naturelles et conséquences de la déforestation

Films :

          Zo'é les hommes de la dernière frontière - Maïté et Paul Dequidt et Serge Guiraud - 27 minutes

         Rencontre avec l'un des derniers groupes amérindiens conacté au Brésil

         Itsatxi le dernier adieu - Indiens yawalapiti - 58 minutes

        Chronique d'une année de deuil chez les Yawalapiti du haut Xingu - Film réalisé par les Amérindiens

         Amazonie le Soeil Vert - Serge Guiraud - 26 minutes

         Tour d'horizon du bassin amazonien

Toutes ces ciné conférences sont animées par un spécialiste de l'Amazonie

 


Centre de documentation

Photothèque :

60 000 documents : diapositives, photographies papier et numérique

Thèmes : Environnement : faune, flore ; Social : villes, population caboclo ; Economie : exploitation des ressources naturelles ; Ethnographie : populations tribales.

 

Bibliothèque :

Documentation française et portugaise

 

Cinémathèque :

Films en version française et portugaise

   Format : vidéo, DVD et 16mm


SOUTENIR NOS ACTIONS

PARTICIPEZ A L'AVENTURE

bateau offert aux Yawalapiti par Paul Dequidt Torrefacteur

 

JABIRU PROD ne perçoit aucune subvention gouvernementale. Elle est entièrement financée par les locations des expositions, par la recette des ventes du livre « les gardiens de la Forêt des Ombres » et par la générosité de ses partenaires.

 

Si vous souhaitez soutenir le Projet Alapi et participer à un ambitieux programme de préservation des cultures amérindiennes du bassin amazonien, faites un don à l’ordre de l’association. L’intégralité de votre somme sera utilisée au bénéfice des Amérindiens.

 

En tant que donateurs de Jabiru Prod, vous serez régulièrement informé de nos actions.

 

Un reçu fiscal vous sera adressé, vous permettant de déduire une partie de cette somme de vos impôts (66% du montant de votre don dans la limite de 20% du revenu imposable).

 

MERCI DE VOTRE SOUTIEN

 

 

                              Envoyez vos chèques libellés à l’ordre de

                                                 JABIRU PROD

                                                  11 place Pinel

                                                 31500 Toulouse

Je soutiens le Projet Alapi en faisant un don de :

 

Nom :

Prénom :

Adresse :

Mail :

Formulaire à envoyer avec votre chèque

PHOTO : Bateau et moteur offert par PAUL DEQUIDT TORREFACTEUR aux Yawalapiti 

                                                              


Informations :

JABIRU PROD

11 place Pinel
31500 Toulouse
France

Siret :484 422 696 000 19

Tel : +33.05.61.54.61.10
E-mail : sguiraud@club-internet.fr
Fax : 05.61.54.61.10

Nous contacter

Liens utiles :

amazonie-indienne.com - Tous droits réservés Viaduc® - 2017 - Hebergeur - Nom de domaine - Création de site web - Agence webmarketing - 258256 visites